Skip to content

De la radicalité du revenu universel

2012 avril 2
by Stan

Samedi dernier, le collectif POURS organisait un colloque sur le revenu universel. Une belle journée, riche en discussions et questionnements. Je remercie d’ailleurs tous les participants et les organisateurs de la journée.

Sur le fond, rien de bien nouveau : on connaissait les différences d’approche entre Baptiste Mylondo, Yoland Bresson, Marc de Basquiat, ainsi que l’approche des décroissants, certainement plus radicale et anti-capitaliste. Ou encore celle carrément marxiste de Bernard Friot, sur laquelle je reviendrai peut être en particulier.

Baptiste Mylondo, Marc de Basquiat, Yoland Bresson
Baptiste Mylondo, Marc de Basquiat, Yoland Bresson

Je ne les détaillerai pas ici, car je tiens plus précisément à évoquer une autre intervention également intéressante. Celle de Catherine Lebrun, représentante syndicaliste, qui a tenu à relativiser l’impact du revenu de base dans le contexte capitaliste plus général, et la régression sociale qui perdure depuis plusieurs années.

En version courte : le revenu universel n’est pas la panacée, il faut lutter sur tous les fronts dès maintenant. Quitte à laisser le revenu de base de coté (?). En tout cas, selon Catherine, « il serait une illusion de penser que le revenu de base pourrait constituer une sortie en douceur du capitalisme » …

Cet opinion semble assez partagé dans les milieux très militants de gauche, et se démarque clairement de l’approche de Yoland Bresson de laquelle je suis assez proche. Pour moi, ce qui compte, c’est d’impulser le changement dès maintenant, par les moyens possibles dans le système actuel. Comme le disait Yoland Bresson : « Ce qui compte c’est de changer notre regard sur l’autre« . Et oui, quitte à revoir à la baisse le montant du revenu de base.

Face à des discours très radicaux ainsi que la critique de certains de l’approche dite « de l’efficacité » ou du pragmatisme face à l’approche « idéaliste », j’ai alors tenu à intervenir pour remettre quelques éléments à leur place. Je vous reproduis ici le fond de mon message :

Je fais certainement partie des tenants de l’approche pragmatique, et ai le second défaut de faire partie des naïfs qui pensent que le revenu universel pourrait être une sortie en douceur de l’ornière actuelle.

Cela dit, j’entends bien qu’il y a depuis longtemps une lutte des classes entre les intérêts d’une minorité et ceux du Peuple. Je n’ignore pas que l’accaparement des richesses par une minorité n’est pas acceptable et qu’il faut agir avec radicalité.

Mais de quelle radicalité parlons-nous ? S’agit-il vraiment de lutter contre les riches pour s’approprier leur richesse et nous la distribuer entre nous, le Peuple ? Quand je vois que le Centre des Jeunes dirigeants est favorable à la logique du revenu universel, je ne peux m’empêcher de penser que certains se trompent de combat.

Les riches sont-ils vraiment nos plus durs opposants sur le revenu universel ? Ils se contentent aujourd’hui d’ignorer l’idée. Le jour où nous serons des millions dans la rue à le revendiquer, ils ne feront clairement pas le poids. Mais le problème c’est précisément que nous ne sommes pas (encore) des millions à réclamer l’instauration immédiate d’un revenu universel en France. Et pourquoi donc ?

Parce que précisément, la radicalité que nous prônons n’a pas pour principal obstacle l’oligarchie, mais davantage nos proches, amis, famille connaissances. Le blocage, c’est lorsque mes amis me confient qu’ils craignent de donner trop de Liberté aux individus (!). Le blocage, c’est lorsque mes proches des générations plus âgées me disent que le seul moyen pour vivre décemment, c’est de travailler (!) …

Alors oui il va falloir de la radicalité, mais examinons bien où celle-ci se trouve. Plus qu’à une revanche du Peuple face au capitalisme, c’est d’un sursaut des consciences dont il s’agit. Et c’est urgent !


Photo CC Stanislas Jourdan

Sur le même sujet...

Réinventer le système monétaire par le dividende universel
Un nouveau contrat social pour la gauche : le revenu de base
Le revenu de base est-il inflationniste ?
16 Responses leave one →
  1. avril 2, 2012

    #clapClap (je reproduis ici la réaction de la salle après ton intervention)

  2. avril 2, 2012

    Je disais pas plus tard que cette nuit sur IRC que le seul obstacle à la démocratie en France est que les français ne sont pas démocrates…

  3. anne-laure permalink
    avril 2, 2012

    j’applaudis largement, en différé , puisque je n’étais pas là

  4. Joe permalink
    avril 3, 2012

    >>Mais de quelle radicalité parlons-nous ? S’agit-il vraiment de lutter contre les riches pour
    >>s’approprier leur richesse et nous la distribuer entre nous, le Peuple ?

    Ca n’est pas leur richesse, c’est celle créé par les salariés. Eux, éponge.

  5. avril 3, 2012

    @Joe : Surement, en partie. A la différence près qu’il n’y a pas que les salariés qui créent de la richesse sur laquelle les entreprises et actionnaires tirent leurs bénéfices. Les professeurs, les associations, et inventeurs, les développeurs de logiciel libre, les contributeurs de wikipédia… etc. tout ces gens sont aussi créateurs de richesse à leur manière. C’est donc tout de suite un peu plus complexe de vouloir prendre la richesse accumulée par « les riches » (lesquels et à hauteur de combien?) pour la redistribuer au bon endroit…

    Si vous voulez vous battre pour les salariés, syndiquez vous et votez mélenchon, vous aurez un smic à 1700 euros financé par des taxes sur les méchants patrons.

    En revanche, si ce qui vous importe, au delà de la reconquête de votre part de richesse, c’est de construire une société où chacun est libre et égal en droit, bref une société du vivre ensemble, alors c’est autre chose…

  6. Joe permalink
    avril 3, 2012

    >>Si vous voulez vous battre pour les salariés, syndiquez vous et votez mélenchon, vous aurez un
    >>smic à 1700 euros financé par des taxes sur les méchants patrons.

    C’est assez réducteur et c’est effectivement plus compliqué que ce genre de commentaire. Je ne suis pas salarié et je pense que les grosses entreprises qui engloutissent le pognon sont constituées de salariés. Les riches (et je ne parle de classe moyenne comme certains essayent de faire croire) sont inutiles ou en tout cas nocifs à l’heure actuelle. Pour l’instant le système financier fonctionne selon les vases communicants, si l’argent est mis quelque part, il a été pris ailleurs et s’il n’est pas réinjecté, nous sommes en majorité dans la merde. Pour l’instant, le peuple est un élevage de moutons sur lesquels ont prélève de la laine et que l’on nourrit juste pour qu’il ne fasse pas trop chier ceux qui s’enrichissent sur son dos. Il faudrait effectivement que cela cesse, le revenu de base pourrait y pouvoir si le fonctionnement de la société est modifié en ce sens… ou encore l’idée de Friot pour sortir du système financier actuel.

    Ca n’est pas l’égalité qu’il faudrait avoir, mais l’équité, ça serait déjà pas mal.

  7. avril 3, 2012

    @Joe

    Ca n’est pas l’égalité qu’il faudrait avoir, mais l’équité, ça serait déjà pas mal.

    L’égalité en droit, c’est indispensable pour obtenir un système équitable. (non ?)

    les riches sont peut être inutiles comme vous le pensez. Mais alors on fait quoi ? On ressort les bûchers populaires ? Et quand on leur aura pris leur thunes et que certains d’entre nous seront devenus riches, on fera quoi ?

    Le problème c’est pas les riches. Le problème c’est le système qui rend automatiquement les riches encore plus riches. Le revenu de base est un premier pas nécessaire, de même que le tirage au sort et la réforme du système monétaire.

    je ne suis pas convaincu par la thèse de Friot mais elle a le mérite de considérer le système dans son ensemble. Il y a selon moi une voie plus libérale qui conduirait à un système moins rigide et contraignant. (objet d’un prochain article)

  8. Joe permalink
    avril 3, 2012

    >>les riches sont peut être inutiles comme vous le pensez. Mais alors on fait quoi ?
    >>On ressort les bûchers populaires ? Et quand on leur aura pris leur thunes et que
    >> certains d’entre nous seront devenus riches, on fera quoi ?

    On essaye de comprendre en profondeur ce que veulent dire Friot ou les économistes atterrés (entre autre, parce qu’ils ne sont pas les seuls a dire des trucs intéressants). On essaye de changer de mode pensée, parce que cet argument est juste celui d’un capitaliste de base et on essaye d’être un peu responsable.

    >>Le problème c’est pas les riches. Le problème c’est le système qui rend
    >> automatiquement les riches encore plus riches.

    Je n’ai aucunement exclu les causes d’un système il me semble, par contre ne pas oublier ceux qui en bénéficient pleinement, parce qu’ils ne se laisseront pas faire.

    Il faudra tenter de donner une définition exact du mot « libéral », parce qu’en ce moment (et depuis quelques années) la tendance est au détournement de sens (suivez mon regard vers le socialisme ou l’anarchisme).

    L’utilisation du tirage au sort est effectivement une idée intéressante ainsi que le principe des monnaies locales à dates de péremption.

  9. avril 3, 2012

    Pour avoir lu ses textes, j’ai bien compris ce que propose Friot et j’en ferai certainement la critique quand j’aurais le temps.

    Version courte : on ne s’attaque pas aux vices de l’Homme en les interdisant. On ne peut qu’en limiter les dommages en instaurant un système ou la responsabilité, l’égalité et la justice prévalent.

    Pardon si je passe pour un capitaliste de base. C’est vrai qu’à la relecture, mes commentaires précédents ne font pas trop dans la délicatesse. C’est que j’ai déjà dit beaucoup de choses sur ce blog et que je perds parfois patience (je sais, ce n’est pas une excuse).

    Concernant ma définition du Libéralisme, je vous invite à lire cet article.

  10. Joe permalink
    avril 3, 2012

    Pour ce qui est du système, j’en suis arrivé à la conclusion qu’il considérait que l’Homme était « mauvais », par la suite ceux s’intégrant à ce système le devenaient éventuellement (c’est assez pavlovien, hein, les éléments peuvent influencer le système, mais ce dernier aussi influence les éléments). Ce qui fait que ceux qui sont déjà « mauvais » peuvent le devenir encore plus et ceux qui ne le sont pas peuvent aussi le devenir.

    Pour le blog, c’est la 1ère fois que j’atterris ici, alors forcément…

    Et pour le libéralisme, c’est aussi ainsi que je le définis, c’est pourquoi je nomme le libéralisme qu’on nous vend actuellement comme un libéralisme capitaliste ou financier (histoire de différencier grossièrement les deux).

  11. avril 3, 2012

    @Joe : Bienvenue alors ! (j’aurais du commencer par là ;) )

    Pour ce qui est du système, j’en suis arrivé à la conclusion qu’il considérait que l’Homme était « mauvais », par la suite ceux s’intégrant à ce système le devenaient éventuellement

    Parfaitement d’accord avec vous ! :) C’est ce que j’écrivais aussi il y a quelques temps(ici). La fausse rareté monétaire notamment, nous pousse tous dans un course effrénée au profit parce que nous sommes tous dans une situation de rivalité et d’insécurité, quant bien même il y a largement de quoi nourrir et loger tout le monde sur Terre…

    Au final, tout est tenu par des petits bout de rareté artificielle que le système maintient en place pour se maintenir…

  12. Joe permalink
    avril 3, 2012

    Merci :)

    Pendant longtemps, j’ai pensé que l’Homme était neutre et que l’environnement était là pour l’orienter vers certaines valeurs. Pour l’expérience de la gamelle ou de Milgram, en fait, on prend des gens qui ont déjà été construits par un système déjà existant, donc finalement, c’est quelque peu faussé (pour Milgram, c’était sur l’autorité, ça passe encore… pour la gamelle, mauvais exemple). Entre temps, j’ai vu une vidéo sur une expérience dont les sujets étaient de très jeunes enfants, résultat : les réactions des enfants étaient orientées vers l’entraide et le partage, donc…
    Parallèlement, j’ai lu et vu quelques sujets sur la télévision et le principe de recevoir de la lumière qui pouvait modifier l’état de conscience du spectateur… ceci est un autre sujet, car ça touche plus au maintient des dogmes d’un système et à une certaine passivité face à la réalité du dehors….

Trackbacks and Pingbacks

  1. Revenu universel: revanche contre le capitalisme ou sursaut des consciences ? | Tête de Quenelle ! | Economie Alternative | Scoop.it
  2. Revenu universel : revanche contre le capitalisme ou sursaut des consciences ? | La Coccinelle | Scoop.it
  3. Revenu universel: revanche contre le capitalisme ou sursaut des consciences ? | Tête de Quenelle ! | Décroissance ou barbarie | Scoop.it
  4. Revenu universel: revanche contre le capitalisme ou sursaut des consciences ? | Tête de Quenelle ! 2.4.12 | Revenu de Base Inconditionnel - Contributions francophones | Scoop.it

Leave a Reply

Note: You can use basic XHTML in your comments. Your email address will never be published.

Subscribe to this comment feed via RSS