Skip to content

Du lien brisé entre valeur, travail, et salaire

2012 janvier 10
arbeit_macht_frei

« Le travail est l’aliment des âmes nobles » (Sénèque), « Toute peine mérite salaire », « Il faut gagner son pain à la sueur de son front » (Genèse), voilà le genre de proverbes qui ont façonné l’éducation de beaucoup d’entre nous. Ces adages sont tellement ancrés dans l’inconscient collectif qu’il est de bon ton, notamment en politique, d’invoquer la « valeur travail », et de fustiger la paresse et sa déclinaison économique moderne : l’ « assistanat ». De ce fait, ces arguments jalonnent souvent toute discussion sur le caractère moral du revenu de base qui, en coupant partiellement le lien entre revenu et travail, serait une horrible idée parfaitement malsaine. Pourtant, la réalité contredis à bien des égards ces leçons de morale, et je dirais même, leur donne une leçon d’humilité.

Théoriquement, il est vrai qu’à chaque travail devrait correspondre une rémunération, et qu’a contrario, des efforts moindres devraient être proportionnellement moins bien récompensés. Une des grandes réussites du capitalisme, ou en tout cas ce pourquoi il s’est imposé face au communisme, c’est justement d’être parvenu à maintenir cet équilibre entre l’effort et la rémunération. En effet, marché et le libre échange sont jusqu’à ce jour le moyen le plus efficace de récompenser la prise de risque, le travail, l’effort, tandis que l’échec et l’inactivité y sont découragés. La logique libérale est que la rencontre d’une offre de travail et une demande de production – en bref l’échange, est créatrice de valeur, de richesse.

Nous avons donc ici trois éléments fondateurs de la société et de son modèle économique : le travail, la valeur, et la rémunération. Ces trois éléments sont étroitement liés entre eux : le travail permet de créer de la valeur, qui entraine une rémunération. La rémunération suscite une nouvelle demande de production qui appelle du travail et ainsi de suite.

Mais aujourd’hui, la simple observation de la société tend à montrer qu’il y a précisément un déphasage entre ces trois ingrédients de la dynamique vertueuse précédemment décrite.

Travail, rémunération, richesse : des liens complexes

Par exemple, il y a des gens qui travaillent beaucoup… pour gagner des clous. C’est le cas de la plupart des boulots pénibles physiquement ou même psychologiquement, par leur monotonie, qui sont hélas souvent peu rémunérés pour la simple raison que le chômage de masse exerce une pression à la baisse sur les salaires. Ces boulots sont pourtant en général nécessaires. Ils font l’objet d’une demande et créent donc de la richesse. Par exemple, le travail des femmes de ménage dans une entreprise permet aux employés qualifiés de consacrer leur temps sur les activités dans lesquelles ils sont particulièrement compétents, plutôt que de perdre du temps à d’autres tâches.

Dans d’autres cas, les employés ne sont pas trop mal payés, ou profitent en tout cas d’une situation stable, mais leur travail est bien peu créateur de richesse. Me viennent à l’esprit les contrôleurs de titres de transport, les « planqués » des grandes entreprises, ou encore certains fonctionnaires pris au piège de la bureaucratie rampante. Ces gens-là mettent (en général) de l’effort voire du cœur à  l’ouvrage, mais in fine, celui-ci est assez pauvre en termes de richesse. Ce n’est pas le contrôleur de la RATP qui rend possible concrètement le transport d’un passager A vers un point B, c’est le chauffeur du train ou du bus, et ceux qui ont construit les lignes. Le contrôleur lui, ne fait finalement que ralentir les usagers du réseau en les importunant. En fait, l’existence même du boulot de contrôleur n’est rendue nécessaire que par l’adoption d’un certain modèle économique permettant de couvrir les coûts du réseau, et parce que tout le monde ne juge pas qu’il soit absolument immoral de ne pas payer pour pénétrer dans un métro qui roulera de toute façon, même en l’absence de voyageur. En vérité donc, on pourrait parfaitement décréter la gratuité des transports, tout en produisant le même service pour les gens, mais à moindre coût. Qui regretterait vraiment la disparition du métier de contrôleur ?

Dans d’autres situations moins glorieuses encore, des travailleurs sont payés une misère, sont parfois même sujet à de la souffrance dans le cadre de leur travail, alors même que le produit de leurs efforts crée peu de valeur dans la société. Un exemple qui me vient souvent à l’esprit est celui des salariés (souvent intérimaires) des call centers, ces centres d’appels dans lesquels des travailleurs tentent par exemple de convaincre la grand-mère un peu naïve qu’elle doit à tout prix se procurer de nouvelles fenêtres en PVC, avec un crédit à 20%. Où est ici la création de richesse pour la société ? On a bien une rémunération pour quelques uns, mais le fait de sur-vendre un bien crée surtout un déséquilibre sur le marché : la grand mère aurait certainement pu dépenser plus utilement son argent.

Par ailleurs, il existe également beaucoup de gens qui ne sont pas rémunérés et qui pourtant, créent des richesses dans la société. Un internaute qui passe ses heures à contribuer à Wikipédia crée une grande richesse pour l’ensemble de la communauté des internautes. Certains articles de l’Encyclopédie en ligne sont consultés des centaines de milliers de fois par jour, et font gagner un temps précieux à tout le monde. Pourtant, quand bien même la qualité de Wikipédia est aujourd’hui de moins en moins contestée, la plupart des contributeurs n’auront jamais touché un centime pour les nuits passées à compléter passionnément et patiemment les articles de l’illustre site. A l’inverse, d’autres sont parfois payés pour saccager leur travail ! L’exemple est naturellement valable pour les blogueurs (dont votre serviteur ? ;) ), les bénévoles d’associations, ou encore de nombreux artistes qui ne comptent pas leurs heures.

assistanat travail

Face à tant d’énergie dépensée, on trouve ceux qui travaillent peu ou pas, mais qui vivent confortablement. Les rentiers et les « profiteurs » représentent bien entendu ici la caricature de cette catégorie de personnes. Mais ici encore, la question de savoir si ces gens créent de la valeur est pour le moins délicate : certains « profiteurs » du système social peuvent aussi faire partie de ces personnes qui produisent du « travail caché » en se consacrant à des activités non-marchandes précédemment décrites. De même, certains « rentiers » consciencieux, par leurs arbitrages entre plusieurs investissements, peuvent permettre de mieux valoriser des projets créateurs de richesse pour la société.

Mais il arrive également que la spéculation affame le monde… Que l’on produise uniquement dans l’objectif de créer du profit sans tenir compte des externalités négatives pour le reste de la société, ou encore que l’on corrompe des gens pour faire le “sale travail”. Et je ne parle pas que des malfrats, mais aussi de gens supposément érigés en modèle d’honnêteté et de bienveillance ! Tenez par exemple, on paie bien les députés avec l’argent public pour voter des lois stupides voire liberticides ! Et c’est bien là le pire dans l’Histoire : la plupart de ces gens le font en pensant œuvrer pour le bien de la société. Autant d’exemples qui montrent bien que tout « travail » n’est pas nécessairement « noble ».

Ayons enfin une pensée pour tous ces gens qui ont de brillantes idées, du talent ou des compétences, mais qui pour des raisons diverses (très souvent le manque d’argent, in fine), ne peuvent pas les exprimer. Combien d’idées innovantes, combien de chefs d’oeuvres artistiques, combien d’entreprises ne voient pas le jour à cause d’une mauvaise allocation monétaire dans la société ? J’aurais peur d’en connaitre la réponse.

On pourrait continuer longtemps cette description méticuleuse de chaque situation, et ainsi en déduire au cas par cas de la création de valeur de chacun dans la société, et ainsi punir les profiteurs tout en rétablissant l’équité pour d’autres. Ce n’est bien sûr pas l’objectif ici.

Et la valeur de l’Humilité ?

Au contraire, j’aimerais simplement que l’on puisse s’entendre, sur un principe simple : l’équation entre travail, rémunération et richesse n’est pas linéaire.

Ou dit autrement, la rémunération monétaire ne reflète pas parfaitement – loin de là – ni l’effort, ni le mérite, ni même encore la valeur apportée dans la société. De même, toute contribution à la richesse globale n’est pas toujours dûment récompensée ni même reconnue. Et oui, le travail de certains est parfois nuisible à d’autres, tandis que la non rémunération de certaines activités constitue un manque à gagner pour le collectif. En d’autres termes encore : tout cela est beaucoup trop relatif pour se satisfaire d’une définition universelle et absolue.

Ces conclusions admises, il est évident que chacun devrait faire preuve d’un peu d’humilité avant de se permettre de juger de qui mérite quoi, et au regard de quoi. Devant une telle complexité, tant d’absurdité, de désarroi, et au final, devant tant de manque de sens, je demeure ébahi que certains, qu’ils soient « de droite » comme « de gauche » continuent de nous asséner leurs leçons de (leur) morale… Et parfois, se regarder dans un miroir avant de juger de la place des autres dans la société ne serait pas un luxe.

« Que celui qui est certain d’être rémunéré à la juste hauteur de son mérite et de sa contribution à la société lui jette la première pierre » pourrait scander un Jésus des temps modernes à l’adresse des réactionnaires de tout poil qui dénoncent « le cancer de l’assistanat », ou, selon d’autres formules plus polissées, voudraient « remettre les gens au travail » et « ne pas encourager l’oisiveté ».

Ainsi, je me permets de signaler à ceux qui m’opposent ce genre d’arguments au revenu de base, qu’ils feraient mieux de résoudre d’abord les problèmes soulignés plus haut avant de juger du caractère moral ou non du revenu de base. Lorsqu’ils auront résolu ce problème, qu’ils m’appellent, je leur file un prix Nobel direct.

« Le problème, c’est les autres »

Le pire, mais en même temps compréhensible, je crois que c’est encore l’argument des « profiteurs », qui consiste à dire que la plupart des gens (y compris soi-même, bien entendu) feront bon usage d’un revenu de base, mais que « les autres  » en profiteront indument. Vous savez , tous ces gens qui « resteront devant la télé à boire des bières » alors que les autres travailleront dur comme fer…

Laissez moi vous dire un truc tout simple : les profiteurs, c’est vrai qu’ils existent, et si ça peut même vous faire plaisir, sachez qu’ils ont toujours existé et existeront toujours. Il arrive même que les plus honnêtes d’entre nous en fassent partie, mais plutôt que de le reconnaitre, il est bien sûr plus facile de rejeter la faute sur « les autres » (dissonance cognitive, tout ça). En vérité, je crois que chaque être humain est tenté de tirer avantage d’une situation lorsqu’il peut le faire sans se faire punir, et que cela ne nuit pas directement aux autres (ou qu’il n’en voit pas les conséquences). Mais puisque ce comportement est profondément humain, pourquoi diable vouloir s’efforcer de lutter contre ? La lutte contre la nature Humaine n’a jamais rien produit de bon. D’autant que même en suivant ces arguments, au nom d’une minorité de gens, nous priverions tous les autres d’une mesure véritablement émancipatrice. Ça serait dommage, non ?

Accepter le revenu de base, c’est par essence avoir l’humilité de ne pas vouloir imposer son propre jugement aux autres. C’est accepter la possibilité que l’autre crée des richesses que l’on ne peut pas voir ou comprendre par son prisme personnel. C’est accepter la possibilité d’avoir tort. C’est accepter que parfois, notre propre comportement nuit au moins autant aux autres que ce qu’ils nous font subir.

Ceux qui prétendent que toute rémunération ne peut provenir que d’un travail « officiel » ne respectent pas le principe de relativité de toute valeur. Ces gens là, consciemment ou non, voudraient imposer leur vision de ce qui mérite une rémunération ou non. Ils se croient capable de juger les autres, mais ne se remettent jamais en question. Et pour parachever l’ironie, ils seront les premiers à vous traiter d’utopiste alors que leur propre schéma de référence, fondé sur une morale bidon dénuée de toute réalité (malgré des siècles d’expérimentation), n’existe même pas.

Osons refuser en bloc ces amalgames, ces raccourcis et autres dénonciations arbitraires qui ne font qu’attiser les braises du foyer incandescent du populisme et du repli sur soi ! Ces foyers-là qui ne font que réchauffer les soupes dégueulasses des extrémismes et de la guerre civile.

Opposons à cette logique destructrice ce qu’il nous reste de notre héritage humaniste : le respect mutuel de la dignité et des Libertés de chacun et la confiance en l’Homme. Bien sûr, la société n’est pas parfaite, loin de là. Il ne s’agit donc pas de décréter naïvement la bonté de l’Homme, mais plutôt de la présumer. Car la présumer, c’est déjà lui donner une chance d’exister.


Illustrations PaternitéPas d'utilisation commercialePartage selon les Conditions Initiales Lenny Pichette Photography Paternité dominiqs

Sur le même sujet...

Revenu de base : quand la réalité devance l'utopie
Vous voulez en finir avec le capitalisme oligarchique ? Alors allons-y !
Nous sommes tous propriétaires de la richesse commune, demandons notre part !
27 Responses leave one →
  1. janvier 10, 2012

    Le discours juste, à l’endroit juste, au moment juste.

    Celui qui voudrait en comprendre le sens exact se devrait de le rappeler dans toute sa dimension !

  2. janvier 10, 2012

    Très bon article, très pertinent ! Je garde le lien dans un coin ;-)
    En plein dans le sujet, je reposte ce lien : de la valeur ignorée des métiers.

    Juste une petite remarque, sur la forme : ton billet est identifiable par 3 noms différents :

    Du lien brisé entre valeur, travail, et salaire (dans le titre de l’article)
    Petite leçon d’humilité à l’attention des talibans de la « valeur travail » (dans le titre HTML)
    travail-richesse-valeur-rémunération (dans l’URL) ;

    Dans un souci de lisibilité, je trouve que ces 3 valeurs gagneraient à être les mêmes.

  3. janvier 10, 2012

    @Galuel merci !

    @Rom : c’est fait exprès ;-) et pour tout plein de raisons… sauf pour l’url mais maintenant que le billet est propulsé je préfère ne plus y toucher…

  4. janvier 10, 2012

    Wow ! Superbe billet et aussi gros boulot pour le rédiger. Bravo Stan. Rien à ajouter, rien à enlever. Si, peut-être « inepties » qui est inutilement insultant (après tout, il y a dans les idéaux communistes une générosité qui n’est pas inepte, quand bien même les concrétisations se sont révélées erronées). Mais pour le reste, je signe des deux mains. Merci. On diffuse.

  5. Someone permalink
    janvier 10, 2012

    Je suis globalement d’accord avec l’article (qui malheureusement ne convertira personne, j’en ai peur… Enfin dans ma tête les gens qui sont suffisamment idiots pour penser que le revenu de base est une honte parce que des gens gagneraient de l’argent sans rien faire ne vont pas prendre la peine de lire tes longs articles).

    Par contre un paragraphe au début m’a fait tiquer:

    « Dans une société idéale, il est vrai qu’à chaque travail devrait correspondre une rémunération, »

    Certainement pas, puisqu’un « travail » peut être nuisible ou inutile. De plus on peut vouloir travailler sur quelque chose sans souhaiter d’autre « rémunération » que de savoir qu’on a fait quelque chose de bien. (Sans parler du fait que recevoir de l’argent pour faire certaines choses peut corrompre, cf les hommes politiques par exemple, ou en fait n’importe-quel boulot débile qu’on voudra garder à tout prix parce que c’est notre source de revenus – mais je suis sûr que je prêche un converti.)

    « et qu’a contrario, des efforts moindres devraient être proportionnellement moins bien récompensés. »

    La distinction entre « travail » et « effort » me semble importante, puisque certaines personnes sont plus capables que d’autres (en fonction des domaines) et il n’est pas évident qu’une personne née en bonne santé, forte et intelligente (etc.) mérite une meilleure rémunération qu’un autiste (par exemple) si ces deux personnes ont fourni le même effort pour accomplir un travail inégal.

    En poussant le raisonnement à l’extrême on fait de l’eugénisme si on ne rémunère que le travail accompli. Je crois que pas mal de gens ne qualifieraient pas ça de « société idéale ».

    Maintenant en supposant que tu parles bien d’efforts et pas de travail, il me semble quasiment impossible de déterminer l’effort qu’une personne a fait pour effectuer un travail donné afin de savoir combien la rémunérer.

    Donc, je ne suis pas d’accord avec ta vision de la société idéale. En fait, je ne suis pas sûr si ce passage était dédié à amadouer les opposants au revenu de base en introduction à ton article, ou si tu penses vraiment ça.

    « Une des grandes réussites du capitalisme, ou en tout cas ce pourquoi il s’est imposé face à l’ineptie du communisme, c’est justement d’être parvenu à maintenir cet équilibre entre l’effort et la rémunération. En effet, marché et le libre échange sont jusqu’à ce jour le moyen le plus efficace de récompenser la prise de risque, le travail, l’effort, tandis que l’échec et l’inactivité y sont découragés. »

    Bon là je vais juste chipoter sur « la prise de risque » qui n’est pas forcément une bonne chose, par définition ; et tu ne peux pas dire d’un côté que la prise de risque est encouragée et de l’autre côté que l’échec est découragé puisque la prise de risque implique de nombreux échecs (sinon, ça ne serait pas risqué, eh).

  6. toto permalink
    janvier 10, 2012

    :) très bon, très bon. (y’a des petits trucs sur lesquels j’pourrais pinailler, mais bordel, dans l’ensemble au final t’es toujours super convaincant :) ) (nan mais c’est vrai quoi). Bon. :)

  7. janvier 10, 2012

    @Someone :
    Oui tu as parfaitement raison, en fait je voulais plutôt dire « théoriquement » que dans « dans une société idéale ». Puisque je me contredis par la suite autrement, comme tu l’expliques avec pertinence.
    (j’ai modifié l’article)
    Sur la prise de risque, tout est une nouvelle fois relatif ! C’est bien parce que l’on ne sera jamais tous d’accord sur ce genre de chose que le revenu de base s’impose ;)
    Enfin, ce n’est effectivement pas forcément l’article qui va convertir les opposants les plus farouches… Ceux qui hésitent peut être un peu plus. Mais si déjà il donne du grain à moudre à ceux qui sont déjà convaincus, c’est déjà pas mal :)

    @Jeff & toto : merci :)

  8. Guillaume permalink
    janvier 11, 2012

    Stan, président! :)

  9. janvier 11, 2012

    J’aime beaucoup, merci Stan.
    J’ai 2 remarques à partager

    Par exemple, le travail des femmes de ménage dans une entreprise permet aux employés qualifiés de consacrer leur temps sur les activités dans lesquelles ils sont particulièrement compétents, plutôt que de perdre du temps à d’autres tâches.

    Non, ce n’est pas une perte de temps de faire le ménage. C’est simplement très souvent pratique de se faire AIDER par une femme ou un homme de ménage. C’est un vrai travail d’équipe, chacun avec ses compétences :) pour le bien collectif et individuel. :)

    Le pire, mais en même temps compréhensible, je crois que c’est encore l’argument des « profiteurs », qui consiste à dire que la plupart des gens (y compris soi-même, bien entendu) feront bon usage d’un revenu de base, mais que « les autres » en profiteront indument. Vous savez , tous ces gens qui « resteront devant la télé à boire des bières » alors que les autres travailleront dur comme fer…

    Je voudrais étendre la discussion sur le point des profiteurs: il y a (dans mon début de réflexion) deux types de profiteurs.
    Le premier est décrit avec le nom de « surfeur » et passe ses journées à la plage. Il surfe et surfe. Il mange et dort avec son revenu de base et surfe. Une bonne tête de turc pour les opposants bien-pensants au revenu de base.

    Mais d’une part, qui dit qu’il profite du système ce surfeur? Est-ce que quelqu’un qui aime son activité est un profiteur? certainement pas. Est-ce que son activité est inutile? Je ne crois pas non plus. Si vous lui donnez un spectateur, il devient un « sportif ». Si le spectateur veut s’acheter une planche de surfe, il devient représentant de commerce… En se mettant du côté du surfeur, on peut lui trouver un bon paquet d’ »utilité ». Et il ne faut pas oublier que ce surfeur a peut-être travaillé 10 ans de sa vie 7 jours sur 7 avec beaucoup de stress pour médecins sans frontières et qu’il a besoin de ce repli. Une forme de cure. Et le dernier argument c’est: qui vous dit qu’il restera « profiteur-surfeur » toute sa vie?? La phrase centrale de ton article est pour moi: « C’est accepter la possibilité d’avoir tort.  » Tout jugement est principalement une idée de soi plus que des autres, il provient des choses que l’on s’interdit et de ce que l’on s’oblige à faire, de toutes ces choses qui font que nous nous refusons à nous-mêmes de vivre libre de part notre éducation. Car que sait-on VRAIMENT de l’autre?!!

    Le deuxième profiteur boit des bières devant la télé. Götz Werner ose utiliser ces mots et je l’approuve: ce profiteur est malade! S’il a besoin de quelque chose, c’est bien plus de l’aide pour sortir de sa dépression alcoolisée, car ce profiteur n’a strictement aucun amour-propre, aucune confiance en soi. L’homme est un être qui VEUT travailler, montrer ce qu’il peut faire.

    Faites l’expérience: prenez un enfant au hasard et regardez-le. Celui qui ne fait rien, c’est celui qui n’est pas aperçu par ses parents, ni par personne d’autres, ne bénéficie d’aucune attention. Offrez lui un regard, un encouragement et observez… Et observez aussi tous les autres enfants, comme il s’évertue à jouer=à intégrer le comportement des adultes qu’ils cotoient chaque jour.
    Prenez maintenant un adulte? la seule différence, c’est qu’il se cache derrière un masque, fait croire qu’il est cool ou autre chose qu’il n’est pas. Je ne voudrais pas être à sa place…

    Je trouve vraiment important de mettre le doigt sur cette peur des profiteurs, Stan, merci de l’avoir fait très concrètement. C’est à mon avis le plus gros frein à la mise en place d’un revenu de base et le PLUS GRAND DEFI de ses partisans. Tout le reste ne sera que de la routine politique=faire la meilleure offre présidentielle!

  10. janvier 12, 2012

    mes tags de citation n’ont pas eu d’effet… reconnaissez en début de premier et deuxième paragraphes des citations du billet de @Stan. :)

  11. janvier 12, 2012

    @sebdsl, pour citer, c’est « blockquote », pas « cite » ;-)

  12. janvier 13, 2012

    Je cite

    Et le dernier argument c’est: qui vous dit qu’il restera « profiteur-surfeur » toute sa vie ?

    C’est sans doute même le premier argument, le plus fondamental.

    Il n’y a pas en effet « ceux qui font ceci » et « ceux qui font cela », il y a des activités(t) et pour un individu activité(t+dt) n’est pas activité(t).

    L’erreur est de toujours privilégier le raisonnement uniquement spatial comme si les choses étaient figées et qu’il n’y avait pas un flux permanent de nouveaux entrants et de morts, de créations d’entreprises et de faillites.

    De la même façon les raisonnements erronés des politiques et économistes glaçons, est de considérer « il faut aider les entreprises ».

    Mais il n’y a pas une telle chose que « les entreprises ».

    Il y a les entreprises(t), les entreprises(t+dt), des créations et des faillites. Et qui portent ces créations, ces évolutions et ces faillites ? Tous les citoyens.

    Il faut donc un Dividende Universel, et pas aider les seules « entreprises » existantes(t), les seuls entreprises(t), mais permettre la création des entreprises nouvelles, par les nouveaux entrants, tout en accompagnant la mort inéluctables des vieilles entreprises, qui sont les entreprises existantes.

    Car tout ce qui naît finit par mourir et ce qui meurt permet les nouvelles naissances par la libération de l’espace ainsi permise.

  13. Franck P. permalink
    janvier 26, 2012

    Salut !

    Billet extrêmement intéressant, merci beaucoup !

    J’ai beaucoup apprécié que tu soulignes l’absence de linéarité entre travail, richesse, et mérite, car c’est un des points fondamentaux.

    Travail et richesse, l’article montre très bien qu’ils ne sont effectivement pas corrélés.

    Travail et mérite, tu expliques également qu’ils ne sont pas corrélés, et je suis d’accord, ils ne le sont pas. Mais je ne suis pas d’accord avec les exemples que tu évoques (par ex. le contrôleur de la sncf).

    Et enfin, mérite et richesse, et c’est là que je ne suis pas d’accord avec toi. Tu dis évidemment qu’ils ne sont pas corrélés. Et c’est en cela, je trouve, en toute humilité, que l’article manque d’humilité :) . Qui peut, aujourd’hui, se faire juge du mérite (social) d’une activité ? Selon moi, personne.

    Tu prends l’exemple de l’encyclopédie wikipédia. Un contributeur bénévole a selon toi beaucoup de mérite, car il fait gagner du temps à tout le monde.

    Mais pourtant, des encyclopédies payantes existent également sur le net. Les contributeurs sont, quant à eux, rémunérés. Le problème est que personne n’est prêt à payer, aujourd’hui, pour ce service, représentant pourtant un gros gain de temps.

    La reconnaissance du mérite ne peut être que la résultante des jugements individuels additionnés.

  14. marc permalink
    janvier 26, 2012

    on est foutus

  15. janvier 27, 2012

    @Franck : ahahaha je vois que tu as parfaitement compris le principe de relativité… qui est principe lui même relatif ;-)

    Cela dit selon moi, juger n’est pas mal en soi, c’est le fait de vouloir imposer son jugement aux autres qui est nuisible.

    Ici j’émets donc des jugements, c’est vrai, mais bien sûr chacun d’entre eux sont discutables :)

    En tout cas, je pense qu’on est d’accord tout les deux qu’imaginer pouvoir prouver que la relation mérite/salaire est parfaitement contestable, et ne devrait donc pas être érigée comme « acquise »… Et c’est c’est bien là le point majeur de l’article :)

    (merci pour ce bon commentaire!)

Trackbacks and Pingbacks

  1. Travail by stanjourdan - Pearltrees
  2. A l'attention des talibans de la "valeur travail" | Tête de Quenelle ! | Idées et Débats | Scoop.it
  3. Petite leçon d'humilité à l'attention des talibans de la "valeur travail" | Tête de Quenelle ! | Revenu de Base Inconditionnel - Contributions francophones | Scoop.it
  4. Petite leçon d'humilité à l'attention des talibans de la "valeur travail" | La Coccinelle | Scoop.it
  5. Le dividende universel monétaire, une théorie fantaisiste ? | Tête de Quenelle !
  6. Le dividende universel est la solution, qu'on le veuille ou non | Tête de Quenelle !
  7. Réduction du temps de travail ou allocation universelle ? | Tête de Quenelle !
  8. Pas besoin d’être philanthrope pour admettre le dividende universel « SAM7BLOG
  9. Revenu de base: peu importe le montant ! | Tête de Quenelle !
  10. TRaVailler autrement ? | Pearltrees
  11. Le triomphe du déni | Tête de Quenelle !
  12. Pourquoi les pirates doivent défendre le revenu de base | Tête de Quenelle !

Leave a Reply

Note: You can use basic XHTML in your comments. Your email address will never be published.

Subscribe to this comment feed via RSS